JO 2028: Stage de sélections minimes

vendredi, 29 décembre 2017 17:27

Une des missions de la fédération camerounaise de volley-ball est d’assurer la formation des jeunes pratiquante en organisant des stages techniques pour catégories inférieures et garçons.
C'est dans cette optique que le président de la fédération, Julien Serge ABOUEM a lancée il y a quelques jours le projet baptisé "JO 2028". Un stage minime qui regroupe les filles formées depuis 3 à 4 qui participent aux championnats des écoles de volleyball organisés par la ligue de Ngoumou.
Ce stage technique avec hébergement dans un hôtel de la place se déroule sur 5 jours, lors des vacances scolaires et sur convocation. Ils sont encadrés par l’Équipe Technique gérée par Yana Baya Elie,Chadeu Michel.
En stage, les jeunes filles ont reçu ce matin la visite de l'expert FIVB, MAYAM Blaise, par ailleurs Head Coach de l'équipe masculine, médaillé de bronze lors de la dernière coupe d'Afrique au Caire. Il était question pour l'expert d'évaluer le travail accompli par les entraîneurs et de leur transmettre quelques notions dans la formation de ces jeunes filles.

 

Les Championnes d’Afrique affronteront, outre le pays hôte, l’Argentine, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Mexique.

 

 

Le tirage au sort du Championnat du monde féminin de volley-ball, «Japon 2018» s’est déroulé jeudi soir à Tokyo au Japon. Le Cameroun, qualifié pour cette compétition, a hérité dans la poule A, du pays hôte, de l’Argentine, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Mexique. Les Lionnes indomptables retourneront au Japon pour honorer leur troisième participation à une phase finale de coupe du monde, après y avoir été en 2006 lors de leur toute première expédition, où elles avaient terminé 17e. En 2014, pour leur deuxième participation, elles n’ont pu faire mieux qu’une modeste 21e place.

Depuis lors, les joueuses de Jean-René Akono ont gagné en maturité et sont de plus en plus compétitives. Les championnes d’Afrique en titre tenteront de faire le poids face à des nations, mieux positionnées qu’elles au ranking mondial, et de porter dignement le flambeau du continent à la plus prestigieuse compétition féminine de la Fédération Internationale de Volleyball (FIVB).

 

Composition des groupes :
Poule A : Japon, Pays-Bas, Argentine, Allemagne, Cameroun, Mexique
Poule B : Chine, Italie, Turquie, Bulgarie, Canada, Cuba
Poule C : États-Unis, Russie, Corée, Thaïlande, Azerbaïdjan, Trinité-et-Tobago
Poule D : Serbie, Brésil, République dominicaine, Porto Rico, Kazakhstan, Kenya

 

Egypt and Tunisia set another classic final for 2017 Men's African Nations championship after both favourites won their corresponding semifinal over Cameroon and Algeria respectively at Cairo Stadium Complex in Egypt on Friday.

The two major African powerhouses set to play the final for the 11th time to feature again one of the biggest African Derbies.

The two finalists secured their tickets to the 2018 FIVB World championship as first and second of Africa.Both Egypt and Tunisia had 8 titles under their name with Egypt gaining the last 6 trophies.Tunisia fought aggressively for more than 2 hours to overcome Algeria 3-2 (25-27, 25-14, 21-25, 25-23, 17-15) in the first semifinal.Egypt supported by their fans upset Cameroon in the second semifinal 3-0 (26-24, 25-22, 25-23) to clinch the second ticket to the World Championship.In the Play off 5 to 8 places, Rwanda beat Libya 3-2 (25-19, 25-18, 12-25, 24-26, 15-13), while Morocco trounced Congo RDC 3-1 (23-25, 25-21, 25-16, 25-20), where the winners play on Sunday for the 5th positions leaving the losers to face for the 7th place.In the play off 9 to 12 Kenya overwhelmed Chad 3-0 (25-20, 25-21, 25-20), while as Ghana defeated Botswana 3-0 (26-24, 25-21, 25-22).Finally Nigeria outclass their neighbours Niger 3-0 (26-24, 25-15, 25-20) to finish 13th, as Niger concluded 14th.

The 2017 Men's African championship doubles also as 2018 World Championship qualifiers where the top three African teams book their tickets to represent Africa in the FIVB Prestigious championship

Le Cameroun dispute son dernier match de poule ce jour contre le Nigeria, après son premier succès lundi dernier.

Ce mercredi 24 octobre est jour de repos pour les équipes participant au championnat d’Afrique des nations de volleyball depuis le 22 octobre dernier au Caire (Egypte), après la fin des préliminaires hier. Sauf dans la poule C, celle du Cameroun qui affronte le Nigeria cet après-midi. Une rencontre préalablement prévue dimanche dernier mais reportée en raison de l’arrivée tardive de la délégation nigériane. D’ailleurs, celle-ci a disputé son premier match hier contre le Maroc dans ce groupe à trois équipes, où les deux premiers passeront en quart de finale.

Une étape où les Lions ont déjà un pied, après leur victoire lundi dernier contre les Marocains (3 sets à 1). Ce mercredi, il sera non seulement question d’assurer cette qualification, mais aussi de prendre la première place du groupe. Une position qui leur permettra d’affronter le deuxième du groupe B : soit le Ghana, soit la Libye qui disputait hier soir son dernier match de poule au moment où nous mettions sous presse.

Dans tous les cas, la défaite ne fait pas partie des options du capitaine Awal Ahmed Mbutngam et de ses coéquipiers, après une petite frayeur contre le Maroc avec la perte du premier set. Blaise Re-Niof Mayam, le sélectionneur national, a reconnu que l’équipe a quelques soucis dans la gestion des points, surtout quand elle a de l’avance. Il s’agira donc de mieux gérer le money time face à des Nigérians considérés comme des outsiders. Il faut dire que le Nigeria, très rarement sur le podium, n’a jamais remporté la compétition, contrairement au Cameroun sacré en 1989 et 2001. D’ailleurs, le dernier titre des Lions avait été obtenu face au Nigéria sur le score de 3 sets à 1.

En attendant le verdict du groupe C, il faut signaler que les principaux favoris, l’Egypte, l’Algérie, le Rwanda et la Tunisie avaient déjà obtenu leur qualification pour les quarts de finale après la 2e journée. Il ne devrait donc pas avoir de surprise au niveau du classement des huit meilleures équipes africaines qui se battront pour une place en demi-finale demain.

Principal atout de la sélection camerounaise, la volleyeuse de 24 ans a émerveillé le public du Palais polyvalent des sports de Yaoundé, avec en prime le trophée de meilleure joueuse de la CAN 2017.

Du haut de ses 1.84m et 81 kgs, Laetitia Moma Bassoko aura été de tous les fronts pour le sacre du Cameroun. En position offensive, à la réception comme au service, Laëtitia Moma a fait sa compétition. Eprise de volley-ball dès son bas âge, l’adolescente ne s’imaginait pas un destin qui la hisse au sommet de l’Afrique quelques années plus tard. Meilleure joueuse de la CAN 2017, la consécration révèle l’aboutissement d’une carrière qui débute en 2007. Laëtitia Moma n’a alors que 14 ans. Elle fait ses classes sur les terrains vagues du Cameroun à l'école de volleyball de Coeur Evolution à la Cité U de Ngoa-ekellé entrainé par les stratèges Mathurin Fouellefack & Yende Lavoisier.


Laetitia Moma a été découvert en 2012 par l'entraîneur de Schwerin SC Teun Buijs dans un camp d'entraînement à Ebolowa organisé par l'ex-international Jean Merlin NZIEMI. Elle était particulièrement frappante à l'attaque. Elle signe à Schwerin première division allemande. Les saisons suivantes Moma Bassoko est devenu une joueuse supplémentaire importante et a été souvent utilisé comme un joker. En 2012/13, elle a remporté le double du championnat et la DVV-Cup avec Schwerin SC . Elle a également joué la Ligue des Champions européenne avec le club, elle a atteint les barrages de la compétition. Puis s’envole pour la France pour une aventure professionnelle à laquelle se mêlent des études universitaires. VBC Chamalières l’accueille en 2014, puis Stella ES Calais depuis 2015.

Laetitia Moma Bassoko en phase d'attaque | © CAVB

Étudiante en DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires) à l’Université du Littoral à Calais et attaquante au sein de l’équipe première de la Stella Calais . Celle qui est désormais l’idole de toutes les volleyeuses en herbe du continent arbore la tunique verte de la sélection nationale avec laquelle, elle voit se réaliser avec beaucoup de bonheur sa carrière sportive. Aventure qui va tour à tour la mener sur le terrain des championnats du monde de 2014 en Italie, les jeux Olympiques à Rio de Janeiro. L’histoire du volleyball féminin camerounais retiendra que c’est Moma qui a marqué le premier point de la sélection camerounaise en tournoi olympique. A 22 ans seulement. La world grand-prix tour 2017 rentre également dans la registre des grands rendez-vous auxquels elle a inscrit son nom. Des compétitions de grand standing qui lui ont permis de gagner d’avantage en expérience et d’être au point pour le grand rendez-vous qui a tiré les rideaux hier au palais polyvalent des sports où elle a laissé un souvenir indélébile qui a jamais sera gravé dans la mémoire collective des camerounais.

Si après la CAN s’offre à elle un autre challenge : les championnats du monde, la meilleure volleyeuse du continent entend d’abord savourer au maximum le plaisir de son trophée et penser aux championnats du monde un peu plus tard, certainement pour d’autres lauriers.

 

La rédaction

L’équipe du Kenya est du coup qualifiée pour les championnats du monde 2018 au Japon.

Le Kenya marche sur l’eau ! Les championnes d’Afrique en titre n’ont pas eu de peine à se débarrasser des égyptiennes en demi-finales ce 13 octobre au Palais des sports de Yaoundé. Trois petites manches ont suffi aux filles de Japheth Munala. (25-23 ; 25-22 ; 25-19).

Si à chaque fois l’Egypte a laissé l’impression d’être capable d’enlever un set, c’est bien le Kenya qui au finish, a déroulé. Les kenyanes font honneur à leur statut de super favorites. Elles n’ont pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi. Logiquement, elles sont qualifiées pour la finale. Le Kenya affrontera demain samedi en finale, le vainqueur de l’autre demi-finale entre le Cameroun pays organisateur et le Sénégal.

Le Kenya a par la même occasion validé son ticket pour le championnat du monde 2018, prévus au Japon. Mais avant, les Kenyanes voudront conserver leur titre remporté il y a deux ans à domicile. « Nous sommes au Cameroun pour conserver notre titre », avait prévenu l’entraîneur Munala, en début de compétition.

Le Kenya a déjà enlevé 9 titres en 17 éditions du championnat d’Afrique. Les kenyanes restent sur trois victoires de rang. Elles ont aussi remporté cinq des six derniers titres. C’est dire si la tâche s’annonce ardue pour leur adversaire en finale. 

CAN 2017: Le dernier carré au complet

vendredi, 13 octobre 2017 16:40

Le Sénégal a rejoint hier le Kenya, l’Egypte et le Cameroun en demi-finale de la CAN de volleyball
Le Sénégal avait son destin en mains et il en a fait bon usage. Hier, pour assurer une troisième victoire en quatre sorties, et donc, se qualifier pour les demi-finales du championnat d’Afrique des nations de volleyball féminin, les Lionnes de la Teranga ont battu le Nigeria 3-0 (25-23, 25-20, 25-20). La victoire, juste avant, de la Tunisie devant la RDC au Palais polyvalent des sports de Yaoundé n’a rien changé. Les Tunisiennes étaient pourtant données favorites derrière le Kenya pour la 2e place dans cette poule B. Mais leur défaite face au Sénégal a ruiné leurs espoirs de qualification.
Le dernier carré affiche donc désormais complet avec logiquement les équipes les plus régulières du Tournoi lancé le 7 octobre dernier : l’Egypte, le Sénégal, le Kenya et le Cameroun. Hier soir, la dernière rencontre de la phase de poules a vu la victoire, poussive il est vrai, du Cameroun face à l’Egypte 3 sets à 1 (20-25, 30-28, 25-17, 25-18). Une victoire qui permet aux Lionnes de terminer en tête du groupe A et d’affronter le Sénégal en demi-finales. L’autre rencontre opposera donc le Kenya à l’Egypte. Deux belles affiches qui raviront à coup sûr le public vendredi prochain après la journée de repos de ce jeudi.
Les favorites ont en effet tenu leur rang, notamment le Kenya qui a fait carton plein, sans laisser le moindre set à la RDC, au Nigeria, au Sénégal et à la Tunisie. Les Malkia Strikers entendent poursuivre leur chemin tranquillement vers un quatrième sacre consécutif. Le Cameroun lui avait encore des soucis à régler, notamment au niveau de leur entame de match, de la réception et de la concentration. Mais les filles de Jean René Akono espèrent bien s’offrir un premier titre à la maison, devant son public. Quant à l’Égypte et le Sénégal, ces deux pays espèrent bien profiter de leur étiquette d’outsider pour créer la surprise, surtout qu’ils en ont les moyens.

CT

La capitaine de l’équipe sénégalaise affiche une longévité de près de 19 ans dans la discipline

 

A l’annonce de son nom, lors de la présentation du Sénégal au début d’un match, les applaudissements et les youyous se disputent la première place. Un hommage mérité pour Fatou Diouck qui, depuis 16 ans, évolue au sein de cette sélection nationale. Le volley-ball, elle le pratique depuis qu’elle a 13 ans. «Les filles à qui j’ai appris à jouer se retrouvent dans l’équipe avec moi, c’est assez marrant », confie-t-elle avec un sourire en coin. Jusqu’ici, tout va bien. Après trois matches dont deux victoires et une défaite, le Sénégal est qualifié pour les demi-finales. «Je suis venue avec l’ambition d’aller le plus loin possible dans la compétition. Notre objectif est d’arriver en finale. Qu’on la gagne ou pas, il faut surtout y arriver», déclare Fatou Diouck, du haut de ses 32 ans. Il faudra bien franchir un ou plusieurs paliers de plus. En 2015, à Nairobi, le Sénégal avait terminé au pied du podium.


Grâce à son expérience acquise aussi bien en sélection nationale que dans les clubs professionnels dont elle a été sociétaire, Fatou Diouck est considérée comme le maillon fort du Sénégal. Même si elle relativise en indiquant que le volley-ball est avant tout un sport collectif. Ses passages dans les clubs en France, en Finlande, en Thaïlande, en Azerbaïdjan et en Corée ont contribué à faire d’elle une joueuse avertie. «Avant les matches, je demande à mes coéquipières de jouer relax, zen. Et quand on mène, je leur demande surtout de ne pas se précipiter et de savoir utiliser le temps», précise celle qui joue au poste 4.


C’est après la victoire de son club GS CALTEX au tournoi préparatif au début de la saison sportive en Corée que Fatou Diouck a rejoint ses coéquipières. Celle qui participe à sa 7ème Can a déposé ses valises dans ce club coréen, basé à Séoul, en août dernier. Elle venait de Bangkok, plus précisément du Suprême VC, où elle avait été sacrée meilleure joueuse du championnat thaïlandais. Et aussi, meilleure joueuse du tournoi de la ligue asiatique des clubs champions. «Le volley-ball est très populaire en Asie. On ne marche pas seule en route, sinon on est aussitôt reconnue», conclut-elle.

 

NJ

Entraineur de l’équipe nationale de volleyball féminin du Cameroun

 

Quel bilan faites-vous du parcours du Cameroun au premier tour ?


Le bilan est globalement positif. On a gagné tous nos matchs même si parfois ça été laborieux. On est là pour gagner, qu’importe la manière. Face à l’Egypte lors du troisième match, on s’est amélioré dans le fond de jeu. Bien que ce ne soit pas encore le contenu réel de l’équipe. On espère le voir dans la suite de la compétition.


Régulièrement vous évoquiez le problème du déclic psychologique de vos joueuses. S’est-il enfin produit ?


Mercredi face à l’Egypte, les joueuses ont commencé à se libérer sans toutefois être au maximum de leurs capacités. On a été en difficulté au premier set et on a failli perdre le deuxième. On a su revenir et retourner le match en notre faveur. C’est tout de même des qualités mentales à mettre en évidence.
En demi-finale, vous croisez le Sénégal. Un adversaire qui a posé des problèmes au Cameroun lors de la dernière édition…
Il faut respecter le Sénégal. C’est une belle équipe qui va se présenter face à nous. Une très grosse équipe qui a les mêmes qualités physiques que nous. Nous avons véritablement profité de notre journée de repos pour nous préparer et récupérer surtout sur le plan physique et mental. C’est un match qui s’annonce très difficile. Nous allons l’aborder dans le même état d’esprit que les précédents. Celui d’aller chercher la finale.


Quelle est votre appréciation du niveau global de cette CAN 2017 ?

De ce qu’on a vu jusque-là, le Kenya est largement favori. C’est la seule équipe parmi les favoris qui parvient à dérouler son jeu. A l’opposé du Cameroun qui éprouve encore des difficultés à se libérer dans tous les compartiments du jeu, l’équipe Kenyane est vraiment au point. C’est ce qui se fait de mieux en Afrique. Elles ont gagné le championnat d’Afrique à neuf à reprises. Ce n’est pas du tout un fait du hasard.


Un mot sur la participation du public ?


Je tiens à le remercier. Il nous a beaucoup aidés. Et je l’exhorte à venir encore plus nombreux au prochain match. Il permet de galvaniser les joueuses et de nous remonter au moment où nous sommes au plus bas.

La deuxième demi-finale de la journée oppose ce vendredi deux équipes qui se connaissent

La sélection nationale féminine du Cameroun dispute sa quatrième rencontre du tournoi ce soir [Ndlr. Match prévu à 18h] au Palais polyvalent des Sports de Yaoundé (Paposy). Au moment où Christelle Nana et ses coéquipières s’apprêtent à affronter les Sénégalaises, elles ont occupé la première place du groupe A, après un match gagné de haute lutte devant l’Egypte. Avant cette dernière rencontre, elles avaient dominé les Botswanaises (3 sets à 0) et les Algériennes (3 sets à 1). Dans cette demi-finale, qui marque le début de la phase d’élimination directe, les Camerounaises sont conscientes qu’il faudra, une fois de plus se surpasser. «On assistera à une bagarre. Les Sénégalaises sont physiquement prêtes. Elles sont grandes», confie Laetitia Mamo Bassoko. 

L’affiche de cette deuxième demi-finale est un remake du match de classement du dernier Championnat de volley-ball féminin, Nairobi 2015. Ce jour-là, le Cameroun s’était imposé par 3 sets à 2. Le Sénégal échouait ainsi pour la quatrième fois consécutive au pied du podium (2009, 2011 et 2013). 

En venant à Yaoundé, Fatou Diouck et ses coéquipières rêvent d’aller en finale. A l’issue de la phase de poule, le Sénégal a terminé à la deuxième place derrière le Kenya. C’est d’ailleurs face au tenant du titre que le pays de la Teranga a enregistré sa seule défaite. Tous les autres adversaires sont passés à la trappe : République démocratique du Congo (3 sets à 1), Tunisie (3 sets à 1) et Nigeria (3 sets à 0).
Si le Sénégal a disputé quatre matches, le Cameroun en a joué trois. Sur le plan de la fraîcheur physique, le pays hôte a un avantage. Mais, il faudra bien plus que cela pour que les filles du coach Jean René Akono s’imposent devant le Sénégal. Il faudra surtout que Christelle Nana, Laetitia Moma Bakosso, Victoire Ngon Ntame et les autres soient au sommet de leurs capacités. Et tout sera alors possible. Surtout, une qualification pour la finale.

 

 

Page 1 sur 13

Voeux 2016

Meilleurs vœux pour 2016

Meilleurs vœux pour 2016

« Une nouvelle page s’ouvre pour notre Fédération, elle est riche de perspectives. Nous ne devons pa...

Que disent les journaux

La Refondation

Internationale

FIVB Boys' U19 World Championship - Poland grab first ever gold medal

FIVB Boys' U19 World Championship - Poland grab first ever gold medal

    History rewritten for Poland as they grab first ever Boys’ U19 gold medal Resistenc...

FIVB Volleyball Women's World Cup - China and Russia score back-to-back wins on Day 2 of World Cup

FIVB Volleyball Women's World Cup - China and Russia score back-to-back wins on Day 2 of World Cup

Read more ... (http://worldcup.2015.women.fivb.com/en/news/china-and-russia-score-back-to-back-wins-...

FIVB Volleyball Women's World Cup - Russia stand as lone unbeaten team on Day 3 of World Cup

FIVB Volleyball Women's World Cup - Russia stand as lone unbeaten team on Day 3 of World Cup

Russia stand as lone unbeaten team on Day 3 of World Cup Tokyo and Matsumoto, Japan, August 24, 201...

FIVB World Tour - Olsztyn Grand Slam, Saturday update

FIVB World Tour - Olsztyn Grand Slam, Saturday update

  Women's Main Draw Results  (http://www.fivb.org/EN/BeachVolleyball/Competitions/WorldTour/2...

Russia prevail over Turkey to claim gold at Men's U23; Italy finish third

Russia prevail over Turkey to claim gold at Men's U23; Italy finish third

Russia  prevail over Turkey to claim gold at Men's U23; Italy finish third Dubai, United Arab Emira...

Baja California welcome the best teams as FIVB Men's U21 WCH begins

Baja California welcome the best teams as FIVB Men's U21 WCH begins

Baja California welcome the best teams as Men's U21 WCH begins Tijuana and Mexicali, Mexico...

FIVB Women's U20 World Championship - Classy start from favourites

FIVB Women's U20 World Championship - Classy start from favourites

  Classy start from favourites at FIVB Women’s U20 World Championship Caguas, Gurabo, Junc...

FIVB World Tour - Sochi Open Friday Update

FIVB World Tour - Sochi Open Friday Update

Read more (http://www.fivb.org/EN/BeachVolleyball/Competitions/WorldTour/2015/event/viewPressR...

Debutants get off on the right foot in Peru

Debutants get off on the right foot in Peru

Lima and Callao, Peru, August 8, 2015 – Defending champions China and vice champions United States w...

FIVB Volleyball Women's U23 World Championship 2015 - Day 1

FIVB Volleyball Women's U23 World Championship 2015 - Day 1

Favourites start U23 world champs in style Ankara, Turkey, August 12, 2015 – The favourit...

Contactez Nous

Copyright © 2013 FCVB Live | Le Site officiel de la Fédération Camerounaise de Volley-ball -

Tous droits réservés CONCEPTION: FCVBPlan du Site

 

 

Tel: +(237) 22 10 90 83

Fax: +(237) 22 10 90 83

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Website: http://www.fecavolley.net

Connect With Us

Partenaires

 
JoomShaper